Mois: mars 2014

Introduction au jeu en lui-même

Apprendre à lire le Petit Lenormand ne relève pas que de l’intuition, comme d’autres oracles.

Il s’agit d’un jeu avec sa structure propre, des significations précises qui n’ont que peu varié au cours des décennies et des méthodes de tirage qui ne s’improvisent pas.

 

Pour bien comprendre le PL, il faut se replacer dans le contexte de son apparition en tant que jeu, au début du XIXème siècle.

Les illustrations des jeux classiques (Carta Mundi, Piatnick, Dondorf) montrent des scénettes délicieusement désuètes ou franchement kitsch, mais qui datent d’un siècle qui leur ressemble.

Habits du dimanche, métiers d’autrefois, visites des jardins publics après la messe et le gigot de midi : tout nous ramène à une époque où le pavillon de banlieue avec jardinet n’existait pas, ni la moissonneuse-batteuse.

 

Si la carte du Jardin représente les sorties et mondanités publiques, c’est parce que la visite des jardins municipaux était le passe-temps favori des citadins en mal de verdure, qui y trouvaient une occasion de se retrouver pour papoter de politique, de botanique ou de jolies femmes.

La faux n’est plus guère utilisée de nos jours, mais tous ceux qui ont lu « Astérix et la serpe d’or » savent à quoi sert une lame arrondie et à bords tranchants : à couper des matières végétales (gui ou blé, selon ses affinités et sa religion) ! La carte 10 indique donc une coupure nette des événements, émotions, liens en tout genre.

 

L’apprenti lecteur ne peut pas s’éloigner de ces significations de bases, sans perdre irrémédiablement toute l’importance du message.

Aussi, si votre but est d’apprendre le strict minimum et d’ensuite laisser vagabonder votre sixième sens, je vous conseille de choisir un autre support.

 

Un apprentissage aussi méthodique peut en rebuter certains, je le conçois.

Mais une fois les bases apprises, vous obtiendrez des résultats rapidement, ce qui est toujours gratifiant.

Et comme pour tout art ésotérique, la pratique quotidienne, sinon hebdomadaire (c’est un minimum), vous apportera l’expérience nécessaire à une lecture fluide et compréhensive par tous.

 

Vous verrez, on y prend vite goût !

 

N.B. pour celles et ceux inscrits sur facebook, je conseille l’excellentissime article de Bertrand Saint-Guillain sur son rapport ambigü au Lenormand.

Publicités

Un peu d’histoire pour commencer

Qu’est-ce que le Petit Lenormand ?

Un jeu de 36 cartes, communément appelé ainsi en comparaison du Grand Jeu, et qui n’a d’ailleurs strictement rien à voir.

Mademoiselle Lenormand n’a  jamais conçu ce jeu. Son célèbre nom a simplement aidé son concepteur à le promouvoir, c’est tout. Ces cartes ont certainement vu le jour en Allemagne, à la fin du XVIIIème siècle.

Certaines sources nous laissent à penser que son origine se trouverait elle-même dans un jeu anglais couramment utilisé dans les bars de l’époque. Les recherches sont toujours en cours.

Si vous souhaitez vous renseigner sur Mademoiselle Marie-Adélaïde LENORMAND, vous trouverez sur le net bon nombre d’informations, je ne vais donc pas les ressasser ici.

Quoiqu’il en soit, ce jeu de cartes a traversé les âges et s’est fortement implanté en Europe de l’Ouest. Il existe beaucoup de sources francophones, mais ce que la plupart des gens ignorent, c’est que de nombreuses variantes (et/ou méthodes) ont vu le jour selon les pays utilisateurs. Les significations des cartes diffèrent légèrement et les méthodes de lecture incluent des particularités locales.

Sur ce blog, vous trouverez des informations en relation avec la méthode dite allemande, pas si éloignée de celle enseignée en France, quoique…

Bonne lecture !

compo-PL-3